Sereins pour la saison prochaine malgré les incertitudes

Les intersaisons, surtout dans le football moderne, sont rarement de tout repos. Chamboulée par la pandémie de Covid-19, celle-ci risque d’être particulière pour des Rouge et Noir qui, suspendus aux déclarations de l’UEFA, n’y voient pas très clair s’agissant de la Coupe d’Europe. En attendant, il faut quand se même se préparer pour les échéances à venir… même si on ne sait pas bien pour quand elles sont.

Les joueurs du Stade Rennais ont retrouvé ce mardi 13 mai les terrains de la Piverdière. Un retour encadré par un protocole sanitaire très stricte : prise de température à l’arrivée, pas d’accès aux vestiaires, distance physique de 10 mètres sur le terrain etc. Le jeu ou la tactique ne sont pas l’objet de ce retour anticipé. Même si les joueurs n’ont cessé de s’entretenir pendant la période de confinement, il était important pour eux de se retrouver en groupe, même restreint et en gardant des distances. Sur le plan humain, se retrouver une quinzaine de jours avant d’être officiellement en vacances était essentiel, encore plus après cette saison historique.

« Garder le noyau dur »

D’autant que d’ici à la reprise de la prochaine saison le 22 juin, des joueurs vont quitter le club. Julien Stéphan ne souhaite pas revivre une intersaison à l’image de celle de la saison dernière qui a vu 60 % de l’ossature de l’équipe quitter le club. Il a déclaré « vouloir garder le noyau dur ». Mais, on le sait bien, entre les joueurs qui ont « envie d’ailleurs » et les clubs qui ont besoin de liquidités et de retours sur investissement, ce genre de souhait est souvent incompatible avec le football moderne. Ce sont des rêves de coach et souvent de supporters, mais c’est tout. Et à chaque intersaison, on est bien obligé de se rendre à l’évidence. Plusieurs joueurs rennais sont très convoités. Eduardo Camavinga, M’Baye Niang, Hamari Traoré et Faitout Maouassa. Camavinga, Maouassa ou encore Bourigeaud, sont supervisés par de grands clubs européens. Si Eduardo Camavinga et Faitout Maouassa devraient rester au moins une saison, rien n’est moins sûr pour M’Baye Niang et Hamari Traoré que les médias annoncent avec insistance du côté de l’OM et du PSG.

Meilleur buteur rennais, M’Baye Niang est courtisé par l’OM. Mais le club phocéen, actuellement secoué par des problèmes internes (départ du directeur sportif Zubizarreta, incertitude quant à l’avenir du coach Vilas-Boas), pourrait ne pas aller au bout de sa démarche. (© Maxppp – Philippe Renault)

Il est encore tôt, et il faut faire le tri entre les rumeurs qui servent à vendre du papier ou du clic sur internet et la réalité. Mais le club travaille activement en coulisses pour répondre à ces éventuels départs et renforcer l’effectif actuel. Côté arrivées, le club se pencherait sérieusement sur la venue de Denis Bouanga, rare satisfaction stéphanoise cette saison, et déjà ciblé par les rennais la saison dernière. L’arrêt officiel de la saison a cet avantage de laisser le temps, mais les clubs français restent dépendants en partie de ce qui se passe dans les autres ligues, et pour le moment, hormis en Belgique et aux Pays-Bas, tous les championnats ont prévu de redémarrer au plus tard début juin. D’où la demande de certains dirigeants de décaler le marché des transferts pour s’aligner sur les autres ligues, notamment l’Angleterre.

Toutefois, les clubs risquent d’être plus prudents et moins dépensiers cette saison, même si la crise du coronavirus aurait conduit à une baisse de la valeur des joueurs estimée entre 20 et 30 %. A ce niveau-là, le Stade Rennais doit se montrer patient. Si le challenge qui se présente aux Rouge et Noir peut inciter des joueurs très sollicités à rempiler une année de plus, il ne faut pas perdre de vue que l’incertitude entourant l’organisation de la Ligue des Champions peut aussi peser dans la composition de l’effectif la saison prochaine.

Quelle Europe?

Effectivement, l’UEFA ne cesse de souffler le chaud et le froid depuis le début de la crise du coronavirus. Très tôt, le président Aleksander Ceferin, a poussé à la reprise des championnats. Si l’instance européenne a repoussé les finales de Ligue Europa et de Champions League, et décalé l’Euro d’un an, c’est officiellement pour laisser la place à la fin des championnats. Ceferin avait même ouvertement mis la pression sur les ligues qui s’arrêteraient de façon prématurée, en les menaçant d’exclure leurs clubs des compétitions européennes de la saison 2020/21. Mais depuis, les Pays-Bas, la France et la Belgique ont acté la fin de la saison. D’autres reprennent dans des conditions à la limite du ridicule comme en Allemagne. Les annonces de l’UEFA n’ont pas cessé pour autant. Les clubs sont dans le viseur de l’UEFA qui avait laissé aussi entendre qu’en cas d’interruption anticipée, l’instance pourrait choisir elle-même les clubs qualifiés, selon ses propres classements. Une annonce qui avait du faire sourire Jean-Michel Aulas, mais qui ne semble tenable ni sur le plan sportif, ni sur le plan éthique.

Alors que les compétitions européennes devraient se terminer, « sauf cataclysme », durant le mois d’août, il existe aussi un risque de télescopage avec les tours préliminaires de la prochaine édition. Ce qui pourrait concerner les Rouge et Noir. L’hypothèse d’une qualification en match unique (et non en confrontation aller-retour) a été évoquée, tout comme l’éventualité que les qualifications ne soient purement et simplement annulées. Si tel était le cas, ce ne serait là que le résultat de l’entêtement de l’UEFA à vouloir à tout prix que la saison aille à son terme, quitte à décaler les calendriers.

Pour les dirigeants rennais, on peut toujours penser que ça ne change pas grand-chose. Depuis l’officialisation de cette 3e place qualificative pour les qualifications de la Ligue des Champions, le ton est ô combien mesuré du côté de la direction, comme du staff technique. « Nous ne sommes pas en Ligue des Champions », martèlent à juste titre le président Holveck, comme le coach Stéphan. Voilà une partie de la raison pour laquelle le Stade Rennais budgétise sa saison sur la base d’une participation aux poules de Ligue Europa. Car les Rouge et Noir sont assurés d’y participer en cas d’élimination au 3e tour préliminaire ou en Barrages. Et ce, quelque soit le scénario. Avouons-le, il y a eu bien pire dans la vie et l’histoire du Stade Rennais que de ne pas savoir dans quelle coupe d’Europe il évoluera.

Si tout ce passe comme prévu, et qu’il n’y a pas le cataclysme craint par Ceferin, alors pour atteindre la phase de poules, les Rouge et Noir devront batailler pour franchir deux tours pour le moins relevés : le 3e tour de qualifications et les Barrages. En cinq passages par cette voie-là, seul Monaco est parvenu à une reprise à atteindre les poules. C’était en 2016/17. Autant dire que la marche est haute et le risque d’élimination, quand même élevé. Sur leur route, les joueurs rennais sont amenés à croiser Benfica (Portugal), le Dinamo Kiev (Ukraine), le PAOK Salonique (Grèce), le Viktoria Plzen (Rép. Tchèque), le Red Bull Salzbourg (Autriche), La Gantoise (Belgique), l’Hajduk Split (Croatie), Krasnodar (Russie) ou encore Trabzonspor (Turquie), sous réserve que les choses n’évoluent pas. Mais là aussi l’incertitude pesant sur la reprise de plusieurs championnats nationaux pourrait rebattre les cartes.

Le Stade Rennais en Ligue des Champions? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non, mais ce sera dans tous les cas avec un budget « Ligue Europa ». (© Rouge & Noir Social Club)

Il reste aussi un espoir secret de voir le Stade Rennais directement reversé en phase de poules de la Ligue des Champions. Comme une sorte de coup de pouce du destin. Une chance qu’a connue l’Olympique Lyonnais cette saison. Pour cela, il faudrait que le FC Séville ou l’Inter remportent l’actuelle Europa Ligue. Cette victoire cumulée à la qualification directe obtenue par la voie de leur championnat libérerait une place en poules au 3e de Ligue 1… ou alors que la Ligue Europa ne puisse aller à son terme, auquel cas la 3e place de L1 serait directement qualificative selon la reprise des modalités de l’an dernier.

Tout ça fait beaucoup de « si ». Reconnaissons-le, nous ne sommes pas beaucoup plus avancés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s