Mercato: Les dernières aventures du « Club des Sept »

Selon certains journalistes, il y aurait donc un début de crise au Stade Rennais. L’éviction d’Olivier Létang serait une blessure insoignable pour une partie de l’effectif. Mais si on s’arrête sur les joueurs en question, on se rend compte qu’il s’agit du quotidien banal d’un club à l’heure du mercato estival.

Depuis quelques jours, on en sait un peu plus sur les fameux joueurs du SRFC qui n’en pourraient plus de Julien Stéphan, selon Pierre Menès qui avançait sur les réseaux sociaux que le coach ferait « quasiment l’unanimité contre lui » au sein du groupe professionnel. En fait d’unanimité, il y aurait sept joueurs. Sur ces sept joueurs, Pierre Menès en aurait eu cinq au téléphone. Et oui, lui, contrairement aux supporters qui s’énervent quand on dit du mal de leur club, lui « il sait ». Puisqu’il a le 06 des joueurs, ce qu’il avance sur les réseaux sociaux ou les plateaux télé, c’est forcément de la première main, de l’irréfutable, de la parole d’évangile selon Saint-Pierre. Mais décryptons un peu la situation de ces sept ou cinq joueurs pour voir que derrière le scoop, il y a le lot quotidien d’un club avec des joueurs en manque de temps de jeu ou de perspectives qui se questionnent logiquement sur leur avenir.

© Philippe RENAULT

Dans un nouveau Pierrot face Cam, Menès a cité sept noms : M’Baye Niang, Jérémy Morel, Faitout Maouassa, Hamari Traoré, Jérémy Gélin, Romain Salin et Clément Grenier. Rien n’indique à 100 % que ce sont les joueurs qu’il prétend avoir eu au bout du fil. Mais cette liste est intéressante à plus d’un titre. Car pour celles et ceux qui veulent voir au Stade Rennais un début de crise, elle dégonfle cette perspective comme une vulgaire baudruche.

Les départs de Niang et Morel, des non-événements

Bien sûr, au coeur de la période de confinement, M’Baye Niang et l’OM se sont mutuellement dragués. Que ça plaise ou non aux supporters, il n’y a pas vraiment de coup en traître de la part de Niang. A un timing et une communication un peu moyenne, on lui reconnaîtra volontiers un franc-parler salutaire qui doit aider les supporters à passer à autre chose. Menès affirme que Niang et Stéphan ne veulent plus travailler ensemble. Probable. Et puis ? Peu de chances que ce soit la raison du départ de l’attaquant qui a l’opportunité là de bonifier ces 18 derniers mois de bonne facture en rouge et noir, avec un transfert dans un club mythique.

De son côté, Jérémy Morel qui vient de signer libre à Lorient, son club formateur. Effectivement, dans une interview récente, il va dans le sens du journaliste de Canal+. On ne serait pas surpris qu’il fasse partie des cinq bavards. Il met en avant le rôle joué par Létang dans sa venue et « le changement de projet avec l’arrivée d’une nouvelle direction ». Ok. Mais, fort d’une saison sérieuse et pleine sous le maillot Rouge et Noir, Jérémy arrivait en fin de contrat. C’est d’ailleurs ce même Létang, si important, ne lui avait fait signer qu’un contrat d’un an. Olivier-le-Magnifique n’avait pas oublié l’âge du joueur qui arrivait sur ces 36 ans, ce qui a forcément pesé dans la négociation. Et si, Jérémy Morel (dans l’axe ou à gauche de la défense) aurait évidemment rendu de précieux services une saison de plus grâce à son expérience, c’est bien le club qui a fait le choix de ne pas le prolonger. C’était presque écrit au moment de la signature du contrat et le club cherche à renforcer et rafraîchir sa défense centrale – on parle de Mohammed Salisu (Valladolid) ou de Tanguy Kouassi (PSG) – pour concurrencer Da Silva et Nyamsi.

Traoré et Maouassa, haro sur les latéraux

Le Stade Rennais peut se targuer d’avoir une des toutes meilleures paires de latéraux de la Ligue 1. Forcément, il y a un revers à cette médaille, c’est qu’ils sont convoités. Il y a moins d’inquiétude à gauche, où Faitout Maouassa a une proposition de prolongation, et où Lilian Brassier est de retour d’un prêt concluant en L2 à Valenciennes. Difficile d’imaginer Maouassa ne pas étudier les offres d’autres clubs après la saison qu’il vient de réaliser. Ceci dit, son intérêt est de rester Stade Rennais où il semble indéboulonnable, au moins pour la saison prochaine. Il y a des négociations dont nous ne connaissons pas bien la teneur, mais ça fait partie des dossiers qui peuvent animer une partie de l’intersaison, notamment avec l’ouverture du mercato début juillet en Allemagne et en Espagne. Mais, même chose que pour Niang ou Traoré, de là à rendre Stéphan responsable d’un éventuel départ, il y a un pas que nous ne franchirons pas.

Hamari Traoré (en fin de contrat dans un an) pourrait bien être tenté de se frotter à un grand d’Europe – on dit le PSG très intéressé. A 28 ans, difficile de lui en tenir rigueur, même si l’ensemble du peuple Rouge et Noir souhaiterait le voir rester du côté du Roazhon Park. Seule la perspective de la Ligue des Champions, assortie d’un nouveau contrat sérieusement revalorisé peut le convaincre de poursuivre l’aventure rennaise. Mais sur ce plan là, le SRFC ne boxe pas dans la même catégorie que le PSG. A moins d’un choix de sa part de s’associer pour plusieurs saisons encore au club rennais, il faut peut-être se résoudre à le voir quitter les bords de la Vilaine. Réponse dans les semaines à venir.

L’avenir incertain des joueurs en manque de temps de jeu

Enfin, les noms de Jérémy Gélin, Romain Salin et Clément Grenier sont sortis dans les médias. Peu de choses à dire sur Salin. Le gardien remplaçant a vraiment tenu son rang. Peut-être fait-il partie de ces quelques joueurs sensibles au départ de Létang? Il arrive en fin de carrière et son contrat s’arrête en juin 2021. Son futur est entre ses gants.

© V. Michel/L’Équipe

Selon Pierre Menès, Jérémy Gélin en aurait marre de ne pas jouer. On n’en doute pas un seul instant. Pas besoin de l’avoir au téléphone pour le savoir. Le club est très clair à son sujet et ne compte pas le retenir. Il a, entre autre pâti du changement de système en début de saison (passage d’un 5-3-2 au 4-4-2), et d’une concurrence en défense centrale et à la récupération où Eduardo Camavinga est indiscutable, sans compter les arrivées de Steven N’Zonzi et Jonas Martin qui ont encore plus embouteillé ce secteur. Sa polyvalence en fait à la fois un remplaçant très précieux, mais l’empêche dans le schéma et l’effectif de Stéphan de devenir titulaire. Il logique pour un compétiteur de ne pas accepter un statut de doublure qui semble aussi dur à faire bouger. Strasbourg, Lens ou Angers récupéreraient dans tous les cas un excellent joueur. Quant à Clément Grenier, il a fait part de son envie de rester au club dans TéléFoot. Son état d’esprit irréprochable mérite d’être souligné. Son expérience ne sera pas de trop, même si retrouver un poste de titulaire dans l’équipe va s’apparenter pour lui à un parcours du combattant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s